(Flash-back) Feu Kemoko Sano, une mémoire vivante de la culture guinéenne….

0
62

Décédé le 25 mai 2006 à Conakry des suites d’un diabète chronique alors qu’il préparait un gigantesque projet de festival axé sur le folklore, le ballet, le théâtre et la musique en Guinée. Kemoko Sano, reste l’un des hommes de culture africains les plus talentueux de ces dernières décennies.

Treize ans après sa disparition, le plus attitré des directeurs artistiques des Ballets Africains de Guinée, laisse derrière lui un immense vide artistique difficile à combler dans le monde des arts.

Retour sur un segment de sa biographie qui sert encore de bréviaire pour la future génération d’artistes enracinés dans la culture africaine.

Pendant près de quarante années, il a dirigé de grands ensembles de musique et de danse de Guinée dans les rendez-vous régionaux, nationaux, et internationaux. Commençant par la troupe préfectorale de Macenta en 1960, les Ballets Africains, le Ballet National Djoliba de 1973 vers 1986 et depuis les Merveilles de la République de la Guinée, sa compagnie privée, pour laquelle il avait préparé et fait de nouveaux spectacles, qui lui ont permis de tourner au Ghana, en Europe, aux Etats-Unis, au Mexique, en Colombie, et en Australie.

Kemoko Sano a formé certains des plus meilleurs artistes guinéens de la génération après l’indépendance guinéenne en 1958, y compris le directeur et la plupart des sept membres originaux du groupe « Percussions de Guinée », qui a voyagé à travers le monde ces dernières années dans la revue « Afrique Oyé » et Mamady Kéita, le »Djembefola » résidant actuellement à Bruxelles.

Au moment de son transfert à partir du Ballet National Djoliba aux ballets Africains, il a été invité à choisir les dix meilleurs musiciens et danseurs à partir de l’ancienne troupe et de rejoindre les Ballets Africains.

Les projets internationaux de Kemoko Sano ont été de plus en plus divers depuis 1989. Il a joué le doundoun montant seize mètres au-dessus des Champs Elysées, sur une pyramide de 115 percussionnistes guinéens sur un flotteur en chantant « La Marseillaise, » grace à l’extravagance du défilé de soirée conçue par Jean-Jean-Paul Goude pour la célébration du bicentenaire de la révolution française en 1989.

En 1991, il a été invité par le directeur du Koteba, Souleymane Koly, un autre géant guinéen, à collaborer comme directeur de la percussion sur une production de « Waramba », l’Opéra Mandingue pour sa troupe qui fit sa première internationale à Paris octobre 1991 et aux Etats-Unis, en première à Atlanta en juillet 1994. Kemoko Sano également  enseigné au cours d’un atelier d’exécution à l’université de l’Etat de San Francisco au printemps 1994.

En mars 1994 il est à Los Angeles pour aider Debbie Allen, en intégrant deux de ses danseurs dans sa chorégraphie. Né en 1942, Kemoko Sano a eu une éducation traditionnelle dans un village près de Macenta, dans la région forestière de Guinée. Son « nom légal » est Mohamed Kémoko Sano, mais son nom d’artiste a toujours été Kemoko Sano. Et même tout simplement Kémo. Bien que plusieurs des artistes qu’il a formés aient émigré en Europe ou aux Etats-Unis, Kemoko Sano a préféré vivre auprès des siens en Guinée.

Après un séjour américain réussi, il a décidé de revenir s’installer en Guinée pour redynamiser les ballets “Les Merveilles de Guinée” .

13 années passées au Ballet Djoliba et 14 ans aux Ballets Africains, en 1996, il a pris sa retraite. Trois mois plus tard, il crée « Les Merveilles de Guinée » son premier spectacle, offert au Palais du Peuple, avait tellement éblouit les spectateurs, qu’on lui a suggéré d’appeler son groupe « Les Merveilles d’Afrique ».

  1. Père de 28 enfants, Kémoko Sano héberge des dizaines de personnes à son domicile de Sangoyah. Des artistes viennent de partout à travers le monde pour apprendre dans son école.

Cheick Ahmed Tidiane Sylla

Laissez un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here