Comme prévu, le procès du coq Maurice s’est tenu le 4 juillet 2019 devant le tribunal de Rochefort. Le gallinacé accusé par un couple de retraités de vouloir chanter trop tôt le matin, n’a pas pu se rendre à son procès pour cause de fatigue a-t-on appris.
Coq Maurice
Coq Maurice

Mobilisé pour la circonstance, Maurice a eu le soutien de deux autres coqs  Pompadour  et  Jean-René  venus à l’audience pour apporter leur soutien. Les plaignants M. et Mme Biron absents au procès se sont fait représenter par leur avocat Me Vincent Huberdeau, qui défend, que le procès ne soit pas celui de la ville contre la campagne. « C’est un problème de nuisance sonore, le coq, le klaxon, la musique… c’est le dossier du bruit ». Il poursuit plus loin que ses clients ne reprochent pas au coq de chanter, mais que ses clients cherchent à être tranquilles le matin entre 6h30 et 8h30.

L’avocat de la mise en cause Me Julien Papineau réplique « La campagne a droit à ses bruits, les poulaillers, ils ont toujours existé. Sur 40 voisins, il n’y en a que deux que ça emmerde ».
Pour la propriétaire de Maurice Corinne Fesseau :
« C’est bien clair, que la campagne a droit a ses bruits, les coqs ont le droit de chanter, et ils ne chantent pas de 4h30 du matin jusqu’à l’indéfini, mon coq il ne me gêne pas, il chante, je me dis que c’est très bien et vive la nature ! »

Le jugement est attendu le 5 septembre pour mettre fin à ce périple.

Souleymane Soumah

Laissez un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here