Alhassane Barry un jeune qui croit à l’entrepreneuriat

0
192

 

                                                                                           Cette semaine notre rubrique portrait nous conduit chez un jeune à multiples casquettes ingénieur électromécanicien, entrepreneur, prestataire de services et acteur de la société civile, Alhassane Barry.
Après son cycle primaire et secondaire à Forécariah, il passa son bac série maths en 2001 au lycée Mamadou konaté, puis le concours d’entrée à l’université qui lui conduit à l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry au département de génie électrique d’où il obtint avec brio son diplôme d’ingénieur.
Après l’Université par manque d’emploi ou même lieu d’application et aussi par la nécessité de venir en aide à ses parents surtout sa tendre mère, il s’est lancé dans le commerce par l’aide d’un de ses oncles maternels qui lui a été un soutien total pour sa réussite à l’occurrence d’Elhadj Yaya Barry résident à Entag marché. Le commerce lui a été une activité qu’il a pratiqué avec beaucoup de passion, pour bien défendre sa corporation contre les tracasseries policières, douanières et fiscales il fut élu en 2008 tout d’abord par ses pairs comme président du réseau des associations des commerçants entrepreneurs et amis de Guinée ( RACEMAG) un réseau membre du CNOSG ( conseil national des organisations de la société civile de guinée).

Puis en 2010 le GOHA ( groupe organisé des hommes d’affaires ) où il occupa le poste du président de la section communale de Matoto.
Après des stages à la CBG et à Friguia en 2008 et en 2010, il s’est rendu compte que sans relation il lui serai très difficile d’avoir un emploi décent étant ingénieur et être payé à sa juste valeur en Guinée. C’est ce qui lui poussa à se fixer un objectif: créer une entreprise afin d’employer d’autres jeunes. C’est ainsi il créa BAHOUSA entreprise et prestations dont les branches sont: BAHOUSA commerce général, BAHOUSA sécurité, Établissement BAHOUSA assainissement et compte ouvrir prochainement BAHOUSA BTP. Actuellement il emploi plus de 50 jeunes hommes et femmes.


Dans le cadre de l’assainissement et la sécurité il a des contrats à Matoto et à Forécariah sa ville natale. Parlant des problèmes qu’il rencontre il nous répond : « la Guinée n’a pas un bon climat d’affaire car l’État n’accompagne pas les entrepreneurs, à cela s’ajoute l’instabilité du pays par les mouvements politiques , ce qui freine notre évolution, mais aussi le guinéen n’est pas honnête dans la collaboration, chacun cherche à se servir de son prochain , pas d’accompagnement des institutions bancaires qui sont plutôt des opportunistes. Il faut ajouter la dégradation des infrastructures routières qui freine la mobilité , est-ce possible d’investir ou entreprendre et réussir en Guinée  sans aller ailleurs ? Je dirai oui c’est possible mais avec beaucoup de courage et d’audace sinon c’est voué à l’échec d’avance, mon slogan c’est d’entreprendre pour être indépendant donc j’irai jusqu’au bout s’il plait à Dieu».

Souleymane Soumah

Laissez un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here