La sous-préfecture de Kamsar s’est engagé dans une manifestation de réclamation d’électricité après la ville de Boké. La sous-préfecture minière se montre fâcher après que le gouvernement et ses partenaires ont acheminé des groupes électrogènes dans la ville Boké pour mettre fin aux violences pour la déserte du courant électrique. C’est ainsi que les jeunes de Kamsar se sont senti marginalisés et non pas tardé à le faire sentir.

Dans la nuit du Dimanche, 17 à Lundi 18 Septembre 2017, les habitants de Kamsar village ont dormi sur les oreilles. Le lendemain de cette nuit de vives tensions au sein de la jeunes, a connu l’arrivée des émissaires du gouvernement et de la CBG pour tenter de décrisper la situation en promettant l’envoi de groupe pour assurer la desserte mais en vain. Sans violence, les jeunes ont barricadé les routes pour empêcher toutes entrées et sorties. Sur ce chemin de revendication, les femmes aussi ne sont pas restées en marge.

Toutes vêtues en rouge sont sorties pour descendre dans la rue et se livrer à des affrontements avec les forces de l’ordre. Dans cette montée de tension, les manifestants n’ont pas hésité de s’en prendre à une ambulance des agents de santé. Ces réactions nous fait dire à nouveau, à quand cesseront les manifestations violentes cesseront en Guinée ?

Mamoudou Babila Keita

Laissez un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here