Insolite: Une thérapeute crée de la psychose à Conakry, des femmes avec plus d’un an de grossesse sans fœtus!

0
430

Cet article est la première partie d’une enquête que la rédaction de Guineepeople est entrain de mener actuellement dans la banlieue de la capitale Guinéenne. Suivez l’exposition des faits! Ces faits que nous vous RÉVÉLONS sont extraordinaires.

Il s’agit d’une dame thérapeute qui propose ses services aux dames stériles à la recherche d’enfants. Cette dame du nom de N’na Fanta sosso habite dans un quartier de la banlieue de Conakry. Selon ses clientes, qu’elle serait en mesure de les aider à faire une progéniture. Sauf que son sujet commence à créer assez de confusions dans la cité même si beaucoup ne sont pas encore informés de la situation. Informée de la nouvelle, la rédaction de guineepeople.com s’est intéressée au dossier et a fait plusieurs introductions dans les coins afin de mieux toucher des doigts, les réalités.

Déguisées en des clientes, l’équipe de guineepeople a eu accès à la maison de la dame thérapeute. Résidente dans un appartement de deux chambres salons, douche et un espace aéré, les femmes à la recherche d’enfants viennent en nombre important pour solliciter les services de N’na Fanta. Pour preuve, lors de notre première introduction chez la dame, il y avait au moins une quarantaine de femmes venues de divers horizons. Aucours de l’enquête, nous avons côtoyé des clientes pour mieux cerner le fait avant de rencontrer l’hôte.

<< Ici c’est bien. je ne découragerai personne de ne pas venir chez n’na Fanta. En venant ici, ne dit rien à personne même à ton mari. Tu te tais et tu restes tranquille. Ici, c’est le courage. Nous sommes toutes là pour la quête d’enfants, mais il ne faut pas mettre en tête que tu accouchera au neuvième mois. Quand certaines femmes prennent, elles voient leurs menstrues à chaque mois malgré l’évolution de la grossesse. Nous qui sommes là, nous voyons régulièrement nos menstrues. Ça marche avec la confidence. Quand tu pars à l’ hôpital pour l’échographie, les médecins disent qu’il n’y a pas de fœtus“.

Poursuivant sa confidence à l’une de nos enquêtrices sans le savoir, cette cliente X indigne une autre. << Celle-ci est allée faire l’échographie, mais ils n’ont pas confirmé. Elle est à un an et trois mois de grossesse maintenant.>> Dans la même causerie, notre interlocutrice affirme: << Quand elle (N’na Fanta) confirme ta grossesse, tu ne dois dire à personne, car les gens veulent la nuire.>>

Une autre femme désireuse, admire bien ”la capacité managériale” de leurs hôte qu’elle qualifie de générosité. << C’est une dame généreuse, chaque fois souriante. Elle nous traite avec souplesse. Même quand tu n’as pas la somme complète, tu peux venir avec ce que tu as, elle te donne les médicaments jusqu’à ce que tu payes le tout. Après avoir payé la somme convenue, tu ne payes plus rien. Le jour qu’elle te dira d’envoyer le coq et trois pagnes, c’est que tu es enceinte. Après, tu ne viens que pour des consultations et cela en fonction de tes moyens tu peux la faire un geste.>>

Après ces étapes, nous avons réussi à rencontrer n’na Fanta en personne qui nous a édifié comme toute autre cliente. << Tu envoies trois cent vingt mille, quand tu seras enceinte, tu m’enverras un complet de trois pagnes et un coq. Jusqu’à ton accouchement, tu ne payeras rien comme frais. C’est à toi de voir si tu me feras des offrandes ou pas. Tu viendras pour ta consultation, s’il y a des médicaments que tu dois prendre, tu les payeras. Par exemple, les médicaments pour l’excès du sel>>, affirme t-elle.

Mais la situation la plus douteuse est que ces femmes désireuses d’enfants sont interdites par leurs hôte d’aller se faire consulter dans les structures hospitalières. Or qu’elles passent plus d’un an de grossesses. Certaines ont passé près de 2 ans avec leurs ventres ballonnés. Heureusement, nos enquêtes nous ont conduits vers un gynéco-obstétricien qui aurait reçu des femmes dans cet état.

Interrogé, Dr Moussa Kantara Camara, confirme avoir reçu certaines femmes sous le contrôle de N’na Fanta. << Il y a des femmes qui se disent être enceinte, c’est-à-dire, tellement qu’elles sont désireuses d’enfants, elles peuvent simuler une grossesse. Cette dame est une thérapeute. Posez vous la question, quand ces femmes vont chez elle, quel moyen dispose-t-elle pour dire que ces femmes sont enceintes? Ces dames présentent un ventre que si vous n’êtes pas du corps, vous direz qu’elles sont effectivement enceintes. J’ai opéré une dame qui est allée là bas, elle m’a appelé qu’elle est enceinte. Je l’ai félicité et je l’ai dit de venir faire son échographie gratuitement. Mais elle n’était jamais venue. Ce n’est que ce mois là qu’elle a passé. Elle a un gros ventre, mais ce n’est pas le fœtus. Après la chirurgie, j’ai mesuré l’utérus et j’ai photographié ce qui s’y trouvait. C’était néant.>>

Dans ce même témoignage, le gynécologue confirme que : << Ce sont des grossesses nerveuses, ces dames ont un utérus qui n’a pas la même mesure que celui qui a engendré. Mais comment les convaincre? Plus généralement, elles défient l’instruction de la dame pour se rendre à l’hôpital. Elles obtiennent les carnets rouges et se font consulter par certaines sages femmes qui mesurent la taille du ventre, sans contrôler les battements du cœur. C’est un phénomène psychologique qui leurs traumatises sinon elles ne sont pas du tout enceintes >>.

Malgré cette version du spécialiste, des femmes continuent du jour au lendemain à convoiter le domicile de la supposée donneuse de grossesse. D’ailleurs, nombreuses parmi elles, continuent de supporter leurs soi-distante grossesses depuis plus d’un an. Cette situation se passe au vu et au su de beaucoup de citoyens et autorités mais qui ne font rien pour tenter de limiter ce phénomène qui est entrain d’emporter de nombreuses femmes. Pourtant, il n’est pas sans conséquence. Affaire à suivre !

GUINEEPEOPLE

Laissez un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here