Interview Exclusive: l’Humoriste, comédien Mamadou Thug, fait des révélations….

0
160

Qui en Guinée ne connaît pas ou n’a jamais entendu parler de Mohamed lamine Diallo alias Mamadou Thug ; le diplômé en médecine devenu  ambassadeur de l’humour guinéen, avec 20 piges de carrière ?

On aura tenté mais en vain car toujours pleins de vannes, il est difficile de tenir une interview sans verser des larmes de rire. Dans cette rencontre a domicile, l’icône de l’humour du pays de Sow Bailo, son mentor, a fait des révélations les plus surprenantes quant à sa participation à bâtir la carrière de plusieurs humoristes et chanteurs.

Bonjour Mamadou Thug ! Quels ont été vos débuts dans cet art ?

Tout a commencé en 1998 avec notre troupe du quartier, les scouts du Bantouka. On faisait des sketchs terrain de football pendant avant les matchs, des kermesses…avec mes frères. Avant qu’ils arrêtent notre sitcom intitulée MO Saaba à travers la troupe communautaire Lewou Dièrè d’Amar Barry, a été diffusé sur la RTG. C’était ma première apparition à la télévision et mon nom d’acteur était Moodi Solè. Puis en 2000 ; Jai suivi des formations en humour au centre culturel franco-guinéen.

Vos plus grandes scènes et les expériences acquises ?

Des scènes internationales ; il y en a beaucoup. Et bien avant en 2004 j’ai été médaillé d’or en langue française avec ma troupe Les messagers du temps au festival A la rencontre de l’humour  d’Abdoulaye Touré. Ensuite dans Rions un peu de Lamine Koma sur la RTG, La Nuit du rire…Il y a aussi des voyages dans la sous-région, en Algérie, en France etc ; ceci est l’œuvre de la persévérance dans le travail. J’ai beaucoup appris : le texte, les gestes, l’improvisation, le respect du temps…Mais on (La Guinée) a aussi apporté beaucoup

Au parlement du rire par exemple à ma première participation, Mamane était surpris de voir tous les nombreux guinéens venus m’accueillir a l’aéroport et venus m’applaudir au spectacle. Il a dit qu’il se croyait à une CAN de football, la guinée en avait fait une histoire de nation. En plus nous humouristes ont ramène des médailles et c’est bien ,ieux que le Sily National(rire).

Quelle réaction à la comparaison faite par le public entre vous et les autres humoristes du pays ?

Je n’aime pas tomber dans cette comparaison. Quand j’ai une création je demande suggestion à Kabakoudou, Sow Pedro, Manet, Diallo Cravatte, Pitchol, Zebal, Moise et tous les autres que vous connaissez. Je les vois en frère de métier pas en concurrents.

 Mais aujourd’hui il est indéniable que parmi tant de talentueux humoristes je suis une icône et je me considère comme l’aîné de tous les autres dans cet art. Certes il y a en des gens plus âgés que moi tel Sow Pedro mais entre la génération de Sow Bailo et cette nouvelle, je suis le pont. 

Je crois être celui qui a montré aux autres que l’on peut vivre de ce métier, qu’il peut être fait dans les plus grands espaces et évènements culturels et que l’humour n’est pas forcement grimasses et accoutrements. J’ai été le premier à faire tous les stades des 33 préfectures du pays.

Mamadou Thug a-t-il arrêté la musique ?

Je chante peu mais je n’ai pas arrêté. J’ai même 3 singles actifs dont Kolo, Soparèmanela. Et j’ai fait un son il y a plus de 10ans qui est Mamadou Yati Gôlè qui a été d’un succès extraordinaire, d’ailleurs repris par Bhoye Djouwè avec ma permission de le mettre dans son album.

J’ai aussi en quelque sorte permis de lancer des carrières de certains chanteurs. La première sortie de Soul Bang’s hors de Conakry c’était devant mon public ; Singleton sur des scènes que je tenais par exemple au lycée Sangoyah ; et même Dianii Alpha. J’avais le devoir de les aider à ma manière.

Le film Mamadou en ville, après une décennie, quelle rentabilité et votre regard ?

C’est vraisemblablement le film made in Guinea le plus vu !

Aujourd’hui, l’une de ses rentabilités est qu’un grand site comme vous, vous vous intéressez à mon travail, vous êtes chez moi. Plus, il y a des jeunes artistes qui me l’on dit : s’ils ont eu le courage de s’orienter dans les Beaux Arts à l’université c’est à cause de la réussite de ce film.

Et mieux que tout ceci en 2013, le président de la république en personne m’a dit je cite : «Mamadou Thug j’aime ce que tu fais et je suis fière de toi ». Il a personnellement insisté pour que je preste à son investiture en 2015 sino je devais être à Koundara pour un spectacle. Cette grandeur beaucoup d’artistes ne l’on pas eue ; ce compliment beaucoup d’autres ne l’auront pas forcement. C’est une victoire et une considération au plus haut degré à l’égard de l’humour guinéen.

Votre nomination au prix Katala dans le domaine culture, votre sentiment ?

Etre nominé aux cotés de sayon Bamba, Bilia Bah c’est un grand honneur. Cela devrait dire beaucoup de choses aux humoristes quant à notre place dans le dynamisme de la jeunesse.

Qu’aurait pu faire Mamadou Thug à part l’humour ?

Sans doute la pédiatrie puisque j’ai fait la médecine à l’université et j’aime bien la compagnie des enfants. Sinon l’enseignement car j’aime transmettre.

Mohammad SOUMAH

 

Laissez un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here