Parcours atypique du jeune journaliste Ibrahima Kalil Diallo.

0
279
Ibrahima Kalil Diallo

Ibrahima Kalil Diallo, journaliste à HADAFO média  et l’un des membres  fondateurs de l’assemblée générale de lafidi-fouti est le choix de guinée people cette semaine, pour sa rubrique portrait de la semaine. Suivez donc avec nous son parcours courageux et élogieux.

Tout d’abord il a débuté l’école au collège franco-arabe de simbaya , puis une autre école franco-arabe fondée par des Iraniens. Arrivé en 11ème  année il décide de continuer à l’école française, notamment au lycée aviation en 2009,  vu que son rêve était de devenir politicien, car pour lui , il était impossible de réaliser ce rêve en étant dans une école franco-arabe.

Au lycée aviation, il se présente comme candidat libre en sciences sociales et est classé 1er de l’établissement, puis il est orienté à l’université Général Lansana Conté de Sonfonia, à la faculté des sciences juridiques et politiques, donc une branche conforme à ses ambitions d’être un politicien. Il sort avec un diplôme de licence en relation internationale. Mais bien avant,  en 1ème année de l’université, pour subvenir à ses petits besoins, transports et autres,  il faisait le gardiennage la nuit et venait à la fac le matin.

En 2 ème  année, voyant que les 300000FG  comme salaire ne pouvait plus faire ses affaires, car il devrait aussi penser à sa tendre mère qui était vendeuse de bouillie. Un jour de passage à koloma , il aperçoit la plaque de famillia fm , il se dit pourquoi ne pas essayer de faire comme Lamine Guirassy ou Kaleb kolié , car il leur suivait régulièrement. Il postule pour le stage et il est retenu à l’issu d’un test.

Après quatre mois de stage, il est nommé maître des stagiaires, il pouvait couvrir plus de deux événements par jour, c’est ainsi il a fait la connaissance de la célèbre journaliste Moussa yero, venue également faire un stage.

Un jour  ,en fin 2012 il a rencontré un petit souci, étant un stagiaire sans salaire depuis des mois il a raté le journal de 6h 45 qu’il devait présenter, ce jour le journal n’a pas passé, alors sans explication il a été sanctionné.

Vu qu’il n’était pas rémunéré , il a alors décidé de quitter le ”navire” entre temps Moussa yero aussi a quitté pour se rendre à planète FM et cela a coïncidé à l’appel d’offre de planète FM, c’est ainsi par la proposition de cette dernière il a rejoint ce média. Et au bout de six mois, il est devenu secrétaire générale de la rédaction et Moussa Yero directrice de l’information, au finish rédacteur en chef.

Par la suite  quand Mandian Sidibé a eu des problèmes, il prend alors les règnes de l’émission la ronde des journalistes, une émission d’une très grande écoute d’alors et sans problème il le réussit.

En plus il avait d’autres émissions comme “planète mémoire” à l’image des archives d’Afrique de RFI qui était également très convoitée et après, il démissionne en fin 2013 et cela a coïncidé à l’appel d’offre d’une nouvelle radio city fm , et ici également avec ses compétences,  il gravit vite les échelons , il devient secrétaire de rédaction , puis rédacteur en chef adjoint , il a crée beaucoup d’émissions dont entre autre :” un homme , une histoire” , “c’est vous qui le dite” pour ne citer que cela.

De là, il reçoit un coup de fil pour travailler à la radio espace, voulant s’épanouir professionnellement, il décide de rejoindre Hadafo, vu que c’est le plus grand média de la guinée après la RTG dit-il. Il précise qu’il n’a pas vu un chef d’entreprise comme Lamine Guirassy, qui ne regarde rien si ce n’est que la compétence, plus loin , il mentionne , que c’est l’une des rares entreprises en guinée où on ne cherche pas à savoir qui vous êtes et d’ où vous venez, il dit également de fait d’avoir  rencontrer Lamine a révolutionné sa carrière et lui a donné une autre vision de la vie, le jour qu’il est arrivé à espace , le lendemain on lui a donné une émission , le surlendemain le grand reportage , la présentation du grand journal , puis l’éditorial, tandis que dans certaines entreprises il te faut mettre assez de temps à l’observation avant de te confier des taches si importantes .

assemblée Générale Lafidi-fouti organisée les dimanches par leur staff

Lui demandant sa vie de couple et quels conseils donnés aux jeunes, Ibrahima Kalil répond :

« Je me suis marié à l’âge de 25 ans, rencontrer cette femme a été une bénédiction pour moi, nous avons un petit garçon, c’est difficile de rencontrer une telle femme de nos jours, qui ne te demande rien et connait toutes tes peines, accepte tes absences liées à ton travail et qui a entièrement confiance à moi, je remercie vraiment le bon Dieu pour cela. Pour finir je dis merci à Lamine et  je demande aux jeunes également de ne pas forcement regarder l’argent, mais plutôt de privilégier la formation, l’humanisme, la politesse et le courage ; je les invite à s’inspirer des modèles de réussites  comme Lamine Guirassy  je ne cesserai jamais de le dire, qui est une référence pour les jeunes pour atteindre ses objectifs… » Nous dit-il pour finir

 

Souleymane Soumah

Laissez un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here