Ils sont les grands gagnants du 1er concours Francophone de l’Afrique à un incroyable Talent, des acrobates hors-pair avec des numéros exceptionnels et frissonnants. Leur histoire a fait le tour de l’Afrique et a rendu la fierté à toute une nation.

Les frères Sylla sont originaires de Kindia, une région de la basse Guinée. Kabinet découvre l’art d’acrobatie dans le cirque du quartier au (centre d’art acrobatique keïta fodeba) où il fut émerveillé par le métier depuis son enfance à travers son maître Ibrahima Bamba surnommé maître “Bibiel”. Il se rendait tous les jours après l’école au cirque malgré le manque de soutient: « je n’ai pas voulu mettre beaucoup d’espoir sur mes parents surtout quant on est conscient qu’ils n’ont pas les moyens ».

En 2011 il finit sa formation professionnelle en menuiserie à Kindia (CFP) mais son cœur était pris par sa passion. Il décide alors de continuer son aventure dans la grande capitale Conakry à coté de sa maman, où il retrouve son maître de cirque de Kindia, celui-là même qui l’a formé dans cet art. Dans cette nouvelle aventure, il fait la rencontre de son ‘‘frère’’ Alya ( en vrai son neveu). Au début ils se croyaient êtres de simples amis (comme pour dire que le sang rapproche toujours) « nous sommes de vrais  frères liés par le sang, nous l’avons découvert un peu plus tard ».

A partir de là, naquit le duo qui fut le meilleur de sa catégorie à Conakry. 

Leur duo comme d’autres groupes de leurs salle de cirque, est présenté par leur maître à la compétition télé-réalité  ‘’ l’Afrique a un incroyable Talent’’ 

« Avant de venir à la compétition, nous savions déjà que nous étions parmi les meilleurs de l’Afrique parce que tout simple nous étions sur les réseaux sociaux pour voir nos camarades des autres pays. C’est pourquoi dans notre premier discours on a annoncé que la victoire nous appartenait » nous confient les frères.

C’est dans cet esprit combatif et confiant qu’ils  furent élus, avec tout le mérite, les meilleurs.

Aujourd’hui les frères Sylla vivent à Atlanta (USA) où ils exercent leur passion sous contrat jusqu’en 2019 avec 14 spectacles par semaines. Même avec le grandiose succès , pas de grosse tête.

Ils pensent aux autres amis restés au pays puisqu’ils participent pleinement à l’évolution de leurs salles en Guinée  malgré le désintéressement total du gouvernement guinéen: « Il ya beaucoup de guinéens dans le cirque où on travail. Et notre souhait aujourd’hui est de grandir notre pays partout dans le monde par la grâce et les prières de nos maîtres» concluent ils.

Momo Camus/ Aicha Traoré

 

Laissez un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here