Les nounous font de plus en plus mal parler d’elles, à l’instar de celle-ci, qui avait tenté d’enlever la petite Maelys, en 2018 avant d’être arrêtée

Rocambolesque, cette histoire criminelle dont la famille Méroué est la victime à travers ses deux mômes, qui luttent contre la mort présentement. La nounou de cette famille libanaise vivant à Abidjan, précisément dans la commune de Cocody, vient de commettre un acte des plus odieux qu’elle est, sans doute, en train de regretter dans le violon où elle est détenue.

Mireille, dont nous nous contentons de donner le prénom, a empoisonné, les deux enfants de ses employeurs depuis le 27 décembre 2018. Au lendemain du 25 décembre 2018, alors que tous les enfants visités par le père Noël se réjouissent des cadeaux tombés du ciel, le petit Ali Méroué et sa cadette, Elyn Méroué, son couchés à la Polyclinique Sainte Anne Marie (Pisam) de Cocody, où parents et médecins s’interrogent sur leur sort. Leur nounou en aura décidé ainsi, car Mireille a bien opté de les faire passer de vie à trépas. Un crime rituel que cette employée de maison a bien prémédité pour, la « guérison de sa mère malade ».

Selon les témoignages recueillis, c’est la recommandation qu’a reçu la nounou pour voir sa génitrice revenir à la vie. A savoir éliminer les enfants deux enfants de ses employeurs.

Mireille, qui tient à voir sa mère rétablie de son mal, n’hésitera pas à passer à l’acte sur son lieu de service. C’est alors qu’elle use de produits toxiques, notamment de batterie, pour empoisonner les deux mômes dont elle a la charge chez les Méroué, qui l’emploie. Le produit, consommé par les deux enfants les a aussitôt plongé dans le coma, depuis le 27 décembre 2018 où ils ont été évacués d’urgence à la Pisam.

Au moment où nous mettons sous presse, si l’état de Elyn Méroué donne à espérer, ce n’est pas totalement le cas chez le petit Ali, son aîné, victime d’un arrêt cardiaque et plongé dans une « mort cérébrale ». La famille, déboussolée, penserait déjà à son évacuation à l’extérieur pour espérer réanimer le môme au bord de l’agonie.

Quant à la présumée coupable, Mireille, arrêtée, elle est détenue à la brigade de gendarmerie de Cocody basée en face du campus de l’Université Félix Houphouët-Boigny. La nounou, à en croire nos sources, n’aurait pas fait de difficulté pour reconnaitre les faits à elle imputés. Des faits dont elle va répondre devant la justice.

En attendant, les regards restent tournés vers la Pisam où les enfants Méroué sont le chagrin de leurs parents à cause de l’inconscience de la maitresse commise pour leur surveillance.

Source : www.rumeursdabidjan.net

Laissez un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here