une cérémonie de Yankadi

Le yankadi est l’une des danses traditionnelles soussou bien connu et souvent utilisé par les artistes pour mieux toucher la sensibilité des amoureux. Comme tous les autres rythmes traditionnels de la Guinée, la danse yankadi obéit à des techniques de chants et de danses spécifiques.

Pour mieux comprendre ce rythme musical, nous sommes allés à la rencontre d’un sage, monsieur Fodé Moussa soumah. Avec un sourire enchanté, assis sous un manguier, la Cola dans la bouche, monsieur soumah nous raconte l’histoire du yankadi.

« Le yankadi est un rythme propre à l’ethnie Soussou, joué jadis lors des rites de séduction sur la place publique autour du feu ou en pleine lune. Il est souvent associé au makourou, un autre style de danse avec un rythme plus rapide. Comprenez que le yankadi a un rythme lent et affectif. C’est une danse des séducteurs. » Nous a-t-il précisé.

Plus loin, il ajoute qu’au cours de cette danse, deux rangs sont formés, les hommes d’un coté et les femmes de l’autre, ils se font face, les yeux dans les yeux et une main sur la poitrine de l’autre, d’où le nom de la danse de séduction, puis au coup de sifflet, le rythme prend une vive allure (makourou).

À préciser que beaucoup de rythmes guinéens tels que le yankadi-makourou, le yolé, le maanè, le soli en Basse Guinée ; l’abhol , le toupoussèssè en Moyenne Guinée ; le doundoumba, la Mamaya, le Konkoba en Haute Guinée ; le Kèbèndo, le dompilo, le tchiamano, le zéguézéguégui, le niangbaï, le kpökwayé en Guinée forestière et d’autres qui faisaient la fierté de notre pays ont tendance à disparaitre. La musique urbaine a tendance à prendre le dessus.

Qu’est-ce qu’il faut pour renverser cet état de fait ?

À vous de répondre !

Suivez le clip yankadi  de l’artiste Bill De Sam

Souleymane Soumah

Laissez un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here